Catégories

Newsletter

  White Oak

L’histoire pour ne pas dire la légende – du whisky japonais commence avec l’odyssée de Masataka Taketsuru, qui a passé deux ans en Ecosse après la première guerre mondiale pour se former à la distillation.

A son retour, Shijiro Torii, fondateur de Suntory s’appuie sur son savoir-faire pour construire la distillerie Yamazaki en 1924. Plus tard, Taketsuru prendra son indépendance pour fonder sa propre société, Nikka, toujours réputée de nos jours pour la qualité de ses malts. Le véritable boom du whisky au Japon se développera après la Seconde Guerre Mondiale une fois la prospérité retrouvée. Les japonais, notamment les cadres des entreprises fonctionnant sur le modèle américain se mettent à apprécier le whisky, à la sortie des bureaux, un véritable rituel destiné à resserrer les liens au sein de l’entreprise. Taketsuru n’est pas le premier à avoir distillé du whisky, car il y en a un peu plus ancien. En effet, dès 1919, la distillerie White Oak, située à Akashi, tout au bord de la mer intérieure Seto, a obtenu sa licence de distillation de whisky et autres spiritueux. Elle appartient à la société Eigashima, un des plus anciens producteurs de saké du Japon fondée en 1679. Devenue par la suite l’une des plus réputée pour l’élaboration de cet alcool traditionnel japonais, elle fut notamment la première à embouteiller le saké en 1899.

Plus

L'ABUS D'ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ, À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.
POUR VOTRE SANTÉ, PRATIQUEZ UNE ACTIVITÉ PHYSIQUE RÉGULIÈRE.
www.mangezbougez.fr