Octomore 7.3 Islay Barley 70cl 63° Agrandir

Octomore 7.3 Islay Barley 70cl 63°


• Volume0.7 L
• Degré63 °
• TypeSingle Malt
• DistillerieBruichladdich
• PaysEcosse
• RégionIslay
• Âge5 ans
• MaturationBourbon & Ribera Del Duero
• TourbeTrès tourbé
• PackagingTube
• Référence22816

249,50 €

Véritable "Octomore du terroir", Octomore 7.3 est produit à partir d'une orge poussant sur les champs de Lorgba sur Islay, dont la provenance est mentionnée sur l'étui. C'est de cette orge qu'est tirée la puissance tourbée (169ppm* sur cette version) qui fait la réputation de cette expression unique et culte de Bruichladdich.

Octomore 7.3 est un Single Malt plus fin, plus précis en bouche que la plus récente édition de 2015, Octomore 7.1. Cette expression bénéficie d'une maturation en fûts de bourbon américain, et de vin espagnol Ribera Del Duero. Elle affirme son côté chocolaté, mais plus ferme, octroyant à la tourbe toute la place pour en révéler toutes les caractéristiques fumées et terriennes, en une quintessence de la philosophie d'Octomore.

*PPM - parties par million - de composés phénoliques, mesurent l’impact de la fumée huileuse de la tourbe qui se dépose sur l’orge germée pendant son séchage. Plus ce temps est long et plus la valeur des ppm est conséquente. Un whisky Islay déjà bien tourbé se situe aux alentours de 40-50ppm. Mais n’oublions jamais les particularités de chaque distillerie pour ce qui est du ressenti en bouche du whisky.

Single Malt le plus tourbé au monde, Octomore est élaboré sur l’île d’Islay par la distillerie Bruichladdich. Son nom provient d'une ferme qui abritait autrefois une distillerie familiale.

Les whiskies tourbés d'Islay affichent généralement entre 30 et 45 ppm*, le premier Octomore, le 1.1 sorti en 2007, mesurait la tourbe à 131 ppm. La dernière version en date, la 6.3, est à 258 ppm…


Jim McEwan de la distillerie Bruichladdich raconte la philosophie avec laquelle la distillerie a élaboré les whiskies Port-Charlotte et Octomore : "Quand j’ai demandé à Bairds, notre malterie d’Inverness, de nous tourber l’orge à l’extrême, c’était par curiosité. Pour voir. J’avais en tête le goût du saumon fumé à froid, très, très lentement. Et je voulais appliquer cela au whisky. L’orge a mis cinq jours à sécher… Par la suite, je n’ai jamais demandé à pousser le niveau de tourbe, cela s’est fait comme ça. C’est comme les vagues sur la mer, vous ne voyez pas toujours arriver les plus grosses."


Fait rare en Ecosse, la distillerie Bruichladdich (prononcer « bruk-ladie ») utilise une cuve de brassage à ciel ouvert. Ses alambics en forme d'oignon ont une base très plate et un corps élancé. Lors de la distillation, les vapeurs d’alcool montent très lentement, conférant au whisky élégance et finesse.


Au fil des éditions, Octomore déploie toujours plus de profondeur d'arômes sous les notes tourbées. Donald MacKenzie qui gère Octomore pour le compte de la maison Dugas en France, estime que " Octomore est un whisky technique, un défi, très tourbé, gras et puissant, et pourtant très fin. Il est rare. Excessif. Exceptionnel."


Les versions d'Octomore sont répertoriées par deux chiffres séparés d’un point, dont le premier indique le batch (cuvée), 6 à ce jour. Le 1 en second chiffre est une référence à la maturation du whisky pour 100% en fûts de bourbon. Le 2 est un assemblage de plusieurs types de fûts. Le chiffre 3 apparu en 2014 sur l'édition Octomore 6.3 signale l’utilisation d’une orge d’Islay.


*PPM - parties par million - de composés phénoliques, mesurent l’impact de la fumée huileuse de la tourbe qui se dépose sur l’orge germée pendant son séchage. Plus ce temps est long et plus la valeur des ppm est conséquente. Un whisky Islay déjà bien tourbé se situe aux alentours de 40-50ppm. Mais n’oublions jamais les particularités de chaque distillerie pour ce qui est du ressenti en bouche du whisky.

Donner votre avis

Octomore 7.3 Islay Barley 70cl 63°

Octomore 7.3 Islay Barley 70cl 63°

Octomore 7.3 Islay Barley s'affirme comme "l'Octomore du terroir", car précisant la provenance de son orge, pour un Single Malt plus fin, chocolaté, que la plus récente édition de 2015.

Donner votre avis

Couleur : sable doré par le soleil.

Nez : s'ouvre sur la tourbe fumée, l'ozone et les embruns, puis la tarte citron et les notes maritimes dues à la maturation proche du Loch Indaal. S'entrelacent des notes de confiture d'abricots, chocolat, cire d'abeille, vanille, renoncules et muguets.

Bouche : riche et satinée malgré la puissance, sur des notes salines prononcées s'alliant à la douceur du chêne américain et à la tourbe fumée. Pêches, melons, abricots et sirop de gingembre se découvrent par la suite, s'ouvrant sur la saveur de la tourbe d'Islay, le chêne toasté, le thym sauvage et la menthe.

Finale : très longue, sur la tourbe et les notes salines, quintessence d'Islay.