Laissez nous un message

Ardbeg 1815 70cl 50.1°

Nouveau Ardbeg 1815 70cl 50.1°
Distillerie : Ardbeg / Pays : Ecosse / Référence : 23337

Depuis 1815, le savoir-faire des hommes d’Islay se transmet de génération en génération pour distiller le whisky. Ardbeg 1815 est une édition très limitée du Single Malt Ardbeg provenant de l'île d'Islay en Écosse.

Ce whisky a été dévoilé en 2015 pour célébrer le 200ème anniversaire de la fondation de la distillerie, ainsi que les hommes qui ont contribués à la création des expressions à travers les âges, qu’ils soient sombres ou dorés.

Cette expression d’une grande rareté est née d’un assemblage de deux whiskies distillés en 1974 et ayant été miraculeusement préservés alors qu’ Ardbeg manquait par deux fois de tomber dans l’oubli. Le whisky a profité d'un vieillissement dans des fûts de chêne américain.

Ardbeg 1815 a été embouteillé en 2008 après 34 ans de maturation, quand le Docteur Bill Lumsden a estimé que le précieux liquide avait atteint son apogée.

Seulement 400 flacons au design exceptionnel de cette expression ont vu le jour dont 8 pour la France. Chaque bouteille ont été numérotée et signée par Mickey Heads, le directeur de la distillerie.

Ardbeg 1815 se révèle par sa douceur persistante, ses notes beurrées et ses saveurs de chocolat noir, d’épices et de dattes.

5 995,00 € TTC

Livraison gratuite dès 120 €Tout savoir sur les tarifs
Paiement sécuriséCB, Paypal, téléphone

Caractéristiques

Volume0.7 L
Degré50.1 °
TypeSingle Malt
DistillerieArdbeg
PaysEcosse
RégionIslay
Âge34 ans
TourbeTrès tourbé
SpécificitésNon filtré à froid
PackagingEtui
Référence23337

Cette distillerie mythique de l'île d'Islay, après une longue période de sommeil, a repris ses activités depuis 1997. Située sur la côte sud-est de l'île d'Islay (au sud-ouest de l'Ecosse), la distillerie d'Ardbeg ("petit promontoire" en gaélique) a été fondée officiellement en 1815, lors de la légalisation du whisky en Ecosse. Mais cet emplacement était déjà connu depuis plusieurs décennies pour avoir abrité des "smugglers", ces distillateurs clandestins qui sont à l'origine des meilleurs malts. L’alambic clandestin d'Arbeg a ainsi été édifié en 1794.


Des procédés uniques


Située à quelques kilomètres de la magnifique croix celte de Kildalton, Ardbeg est la dernière des "Kildalton distilleries". A l’instar de Laphroaig et Lagavulin, elle est exposée aux farouches tempêtes hivernales de la côte sud de l’île.

Cas rare en Ecosse, Ardbeg a toujours possédé sa propre malterie, qui possédait en outre une caractéristique unique : des tours de séchage du malt qui n'étaient pas équipées de ventilateurs. Aussi, lors de la torréfaction de l'orge, les arômes fumés de la tourbe étaient davantage concentrés. Les aires de maltage ont fonctionné jusqu’en 1977. Si la malterie n'est plus utilisée actuellement, les distillateurs d'Ardbeg imposent toujours les mêmes spécificités à leurs fournisseurs de malt.

D'une grande pureté mais également bien tourbée, l'eau utilisée à Ardbeg provient principalement du Loch Uigeadail, dont la distillerie a le contrôle. Et les chais de vieillissement sont situés au bord de la mer, à 2 pas du petit quai d'embarquement, absorbant l’air ambiant très iodé.

Le caractère incroyablement tourbé et fumé du Single Malt d'Ardbeg provient également des malts utilisés, qui offrent une très forte concentration en substances phénoliques. Mais surtout, ils sont magnifiés par une caractéristique propre aux alambics de la distillerie: ils sont en effet équipés d'un rectifieur, situé tout en haut de la colonne. Ce dispositif a pour fonction de rejeter lors de la deuxième distillation, les éléments les plus lourds, qui retournent en cuve, pour ne conserver que les vapeurs les plus fines, et donc les meilleures sur le plan aromatiques. C'est pour cela que tous les single malts d'Ardbeg se caractérisent par cette puissante élégance tourbée qu'on ne retrouve nulle part ailleurs sur Islay, ni même en Ecosse. Ardbeg a été pendant longtemps le plus tourbé des malts d’Islay.

Un retour remarqué de la distillerie

A la fin des années 1970, la distillerie Ardbeg, propriété de la famille Mac Dougall depuis sa fondation, va connaître une existence plutôt mouvementée, marquée par plusieurs périodes de fermeture en fonction des changements de propriétaires. Ce qui explique que les singles malts d'Ardbeg ont fini par se faire rares sur le marché. Mais avec son rachat en 1997 par Glenmorangie, une nouvelle période de développement s'ouvre pour Ardbeg, qui a tout d'abord débuté par le retour de stocks heureusement préservés au sein de la distillerie, l'arrivée du mythique 10 ans d'âge avec son étiquette noire, distillé lors de la reprise de la production en 1989 et une activité débordante depuis 1997 ponctuée par la mise sur le marché de nombreuses nouveautés.

Ardbeg a acquis un statut rare et unique de distillerie culte en quelques années grâce au savoir-faire de Bill Lumsden, le directeur de la distillation et de la création, qui a reconstruit la marque et l'a élevé au rend d'icône dans le milieu du whisky. Innovations, expériences et créations de séries limitées ont permis de générer un enthousiasme sans cesse renouvelé chez les collectionneurs et les fidèles à l'image du bruit généré par chaque édition limitée commercialisée lors du Ardbeg Day qui se fête partout à travers le monde le dernier samedi du Fèis Ile. Après les cuvées Ardbeg Day (2012), Ardbog (2013), Auriverdes (2014), Perpetuum (2015) qui a marqué les 200 ans de la distillerie, les fans attendent de pied ferme l'arrivée de Ardbeg Dark Cove le 28 mai 2016, célébrant l'héritage sulfureux d'Ardbeg des fameux "smugglers", distilleurs de contrebande ...


 


 

Couleur : ambre profond.

nez : de doux arômes de fumée de bois en notes de tête, suivis de vives notes de glace rhum-raisins. Viennent ensuite des arômes beurrés de croissants, de brioche et de pain fraîchement cuit. Conforme à l’âge de ce spiritueux, de riches notes de truffes au chocolat noir, de cerises noires et d’anis.

Bouche : une texture douce et crémeuse, qui porte un camaïeu de saveur à couper le souffle. Jasmin, thé fumé Lapsang Souchong et de douces notes de caramel. Une véritable corne d’abondance d’épices (cannelle, anis étoilé, poivre et mélanges d’épices) et d’oranges de Séville bien mûres. La fumée s’intègre incroyablement bien à ce cortège complexe de saveurs, persistante tout au long de la dégustation, sans pour autant prendre le dessus.

Finale : longue avec des notes abondantes de raisins et de dattes. Une finale aussi douce que le souvenir de sa dégustation.

Ce que les clients en pensent